Pohela Boishakh

Poila / Pohela Boishakh ( bengali : পহেলা বৈশাখ ) est le premier jour du calendrier bengali qui est également le calendrier officiel du Bangladesh. Ce festival est célébré le 14 avril au Bangladesh et les 14/15 avril dans les États indiens du Bengale occidental, Tripura, Jharkhand et Assam (vallée de Barak) par les Bengalis. Le festival est célébré avec des processions, des foires et du temps en famille. La salutation traditionnelle pour les Bengalis dans la nouvelle année est শুভ নববর্ষ « Shubho Noboborsho » qui est littéralement « Bonne année ».

Pohela Boishakh

Pohela Boishakh, le nouvel an bengalis

Pendant la domination moghole, les taxes foncières étaient perçues auprès des Bengalis selon le calendrier islamique Hijri. Ce calendrier était un calendrier lunaire, et son nouvel an ne coïncidait pas avec les cycles agricoles solaires. Selon certaines sources, le festival était une tradition introduite au Bengale sous le règne de l’empereur moghol Akbar pour chronométrer l’année fiscale à la récolte, et l’année Bangla était ainsi appelée Bangabda. Akbar a demandé à l’astronome royal Fathullah Shirazi de créer un nouveau calendrier en combinant le calendrier lunaire islamique et le calendrier solaire hindou déjà utilisé, et cela était connu sous le nom de Fasholi shan (calendrier des récoltes). Selon certains historiens, cela a commencé le calendrier bengali. Selon Shamsuzzaman Khan, il pourrait s’agir de Nawab Murshid Quli Khan, un gouverneur moghol, qui a d’abord utilisé la tradition de Punyaho comme « un jour de collecte cérémonielle de l’impôt foncier », et a utilisé la politique fiscale d’Akbar pour lancer le calendrier bengali.

Selon Shamsuzzaman Khan et Nitish Sengupta, l’origine du calendrier bengali n’est pas claire. Selon Shamsuzzaman, il s’appelle Bangla shon ou shaal, qui sont respectivement des mots arabes (سن) et persans (سال), ce qui suggère qu’il a été introduit par un roi ou un sultan musulman. » En revanche, selon Sengupta, son nom traditionnel est Bangabda. On ne sait pas non plus s’il a été adopté par Alauddin Husain Shah ou Akbar. La tradition d’utiliser le calendrier bengali a peut-être été lancée par Husain Shah avant Akbar. Peu importe qui a adopté le calendrier bengali et la nouvelle année, déclare Sengupta, il a aidé à collecter les impôts fonciers après la récolte de printemps sur la base du calendrier bengali traditionnel, car le calendrier islamique Hijri a créé des difficultés administratives pour fixer la date de collecte.

Certains historiens attribuent le calendrier bengali au roi Shashanka du 7ème siècle. Le terme Bangabda (année bangla) se retrouve également dans deux temples de Shiva plusieurs siècles plus anciens que l’ère d’Akbar, ce qui suggère que le calendrier bengali existait avant l’époque d’Akbar. Diverses dynasties dont les territoires s’étendaient au Bengale, avant le XIIIe siècle, utilisaient le calendrier Vikrami. Les textes et inscriptions bouddhistes créés à l’époque de l’Empire Pala mentionnent « Vikrama » et les mois tels qu’Ashvin, un système trouvé dans les textes sanskrits ailleurs dans le sous-continent indien ancien et médiéval.

Dans les communautés rurales bengali de l’Inde, le calendrier bengali est crédité de « Bikromaditto », comme de nombreuses autres régions de l’Inde et du Népal. Cependant, contrairement à ces régions où il commence en 57 avant notre ère, le calendrier bengali commence à partir de 593 CE, ce qui suggère que l’année de référence de départ a été ajustée à un moment donné.

Voici le texte de nos réseaux sociaux :

Aujourd’hui, les bengalais fêtent le nouvel an, Pohela Boishakh. Probablement d’origine Mughal, des processions, foires et repas de famille marquent le passage à la nouvelle année. #mythologie #mythe #légende #calendrier #14avril #bengal

Pohela Boishakh Pohela Boishakh