Halôa

Les Halôa font partie des fêtes de Déméter et de Corè dont nous ne connaissons que peu de choses. La plupart de nos informations proviennent en effet d’une scholie aux Dialogues des Hétaïres de Lucien qui a suscité la curiosité et l’imagination des spécialistes. Les dates exactes ne sont pas connues, probablement en Décembre-Janvier.

halôa déméter corè

Les Halôa, les fêtes de Déméter et de Corè

La plupart de nos informations proviennent en effet d’une scholie aux Dialogues des Hétaïres de Lucien qui a suscité la curiosité et l’imagination des spécialistes. La façon détaillée dont ce document se réfère à des actes rituels est assez exceptionnelle par rapport au style laconique de la plupart de nos sources relatant des faits religieux. En voici le texte :

Les Halôa sont une fête célébrée à Athènes qui comprend des mystères de Déméter, de Corè et de Dionysos, à l’occasion de la taille des vignes et de la dégustation du vin mis en réserve ; ils sont célébrés chez les Athéniens ; on y expose des simulacres des parties honteuses masculines, dont on dit que ce sont des symboles de la semence des hommes, car Dionysos en donnant le vin a fourni une drogue stimulant l’union sexuelle. 

Il a donné cette boisson à Ikarios, qui a été tué par des bergers ignorant ses effets ; ces derniers ont ensuite été frappés de mania, à cause de leur comportement déplorable envers Dionysos et ils sont restés sous une apparence honteuse. Un oracle a prescrit de mettre fin à leur mania en fabriquant des sexes en terre cuite et en les consacrant ; cela fait, ils ont été soulagés du mal, et la fête en question est fondée en souvenir de leur épreuve.

 Dans le cadre de cette fête est célébré, entre autres, à Eleusis, une sorte de rite féminin où beaucoup de blagues et de railleries sont prononcées ; seules les femmes y sont introduites, et elles ont donc la liberté de dire ce qu’elles veulent ; et elles échangent en effet les propos les plus honteux et les prêtresses s’approchent d’elles en douce et leur parlent à l’oreille en leur conseillant des amours illicites comme s’il s’agissait d’un secret des mystères ; toutes les femmes s’envoient des propos honteux et impudiques, en portant des représentations indécentes des corps masculins et féminins.

Là une grande quantité de vin ainsi que des tables, regorgeant de toutes les nourritures de la terre et de la mer – à l’exception de celles qui sont interdites dans les mystères, c’est-à-dire la grenade, la pomme, la volaille et les œufs, et parmi les espèces de la mer, le mulet rouge, le rouget, l’oblade, le crabe, le squale – sont placées devant les convives. Ce sont les archontes qui offrent les tables et les laissent à l’intérieur pour les femmes ; ensuite ils s’éloignent et, demeurant à l’extérieur ils montrent à tous les visiteurs étrangers les nourritures civilisées qu’ils ont découvertes et communiquées à tous les hommes.

Des galettes en forme d’organes génitaux des deux sexes complètent les tables dressées. On a donné à cette fête le nom d’Halôa  d’après les fruits de Dionysos ; car les alôai  sont les travaux de la vigne.

Voici le texte de nos réseaux sociaux :

En ce jour, en ancienne Grèce, les Athéniens fêtaient les Halôa en l’honneur de Déméter et de Corè. C’était l’occasion de tailler les vignes, déguster le vin. De nombreux cultes sexuels sont attribués à ces fêtes. #calendrier #20décembre #mythologie #mythe #legende #demeter #core #athenes #haloa

Halôa halôa