Georgian Pantheon

Le panthéon géorgien comprend de nombreux dieux, déesses, héros et esprits dont voici une liste non exhaustive.

panthéon géorgien

Dieux

  • Adgilis Deda (ადგილის დედა) – Une déesse de la fertilité et du bétail vénérée par les habitants des régions montagneuses du nord-est de la Georgia (comme Khevsureti ) en tant que patronne de certains endroits et des voyageurs. Elle est décrite comme une belle dame avec des bijoux en argent. Plus tard, elle s’est associée à la Vierge Marie lorsque la région a été convertie au christianisme. Son nom signifie « Mère de la localité »..
  • Ainina et Danina (აინინა და დანინა) – Une paire de déesses mentionnées dans La conversion de Kartli et les chroniques médiévales géorgiennes .
  • Apsat (აფსათი) – Un dieu mâle des oiseaux et des animaux dans lamythologie Svan .
  • Armazi (არმაზი) – Chef des dieux; figure centrale de la religion officielle de la péninsule ibérique (caucasienne)(= Kartli ) établie par le roi Pharnavaz Ier de la péninsule ibérique (IVe siècle avant JC). Selon la vie de Saint Nino, une immense statue d’Armazi – ainsi que des images d’autres divinités et le temple qui les abritait – a été détruite par une tempête de grêlons géants soulevée par les prières de Saint Nino . Armazi est aussi le nom d’une ancienne forteresse près de Mtskheta qui date de la même période. Divers volets complémentaires de recherche suggèrent que les origines de cette divinité résident dans un syncrétisme entre les conceptions du suprême zoroastrien étant Ahura Mazda ( Armenian : ‘Aramazd’ ) et une divinité lunaire suprême Georgian native – une variante régionale du dieu lunaire Hittite Arma .
  • Barbale (ბარბალე) – La déesse de la fertilité des bovins et de la volaille, du soleil, de la fertilité des femmes et de la guérison. Les fidèles l’honorent au festival Barbalesadmi avec des symboles solaires, qui se déroule au solstice d’hiver. Son nom est similaire à l’ épithète sumérienne et akkadienne « bibbiru », qui signifie « brillant, splendeur ».
  • Batonebi (ბატონები) – Esprits de maladie. Leur nom signifie « les maîtres ». Dans l’usage moderne, le « Batonebi » est utilisé comme un terme pour désigner un petit ensemble de maladies infectieuses, qui sont souvent importantes chez les enfants ( rougeole , varicelle et quelques autres). Si quelqu’un est infecté par le Batonebi, selon une tradition, sa famille se préparera des aliments spéciaux et des bonbons, et placez des cadeaux sous les arbres pour apaiser les Batonebi (les traditions varient, mais le motif général est que toute la famille apaise l’enfant malade).
  • Beri-Bera (ბერი ბერა) – Un dieu agricole de la fertilité, des récoltes et des animaux qui est adoré dans l’est de la Géorgie. Son festival a lieu à la fin de l’année.
  • Bochi (ბოჩი) – Pensé pour être le saint patron du bétail. La première documentation écrite de cette divinité vient d’ Euthymius d’Athos . Selon l’historien Ivane Javakhishvili , le nom « Bochi » est lié aux mots pour « chèvre mâle ».
  • Dali (დალი), Svanetian ‘Dæl’ – la déesse de la chasse. On croyait qu’elle avait une beauté extraordinaire, avec de longs cheveux dorés et une peau blanche éclatante. Elle habite en haut des montagnes où elle veille et protège les animaux sauvages. Elle partage parfois des animaux avec des chasseurs, tant qu’ils respectent ses règles en ne chassant pas plus que leurs quantités nécessaires ou en visant des animaux qui sont ses manifestations. Dans certains mythes, elle entrera en relation sexuelle avec un chasseur, tout en le prévenant de ne pas révéler leur liaison sous peine de mort par pétrification avec ses chiens – le sort aussi de ceux qui rompent les promesses qu’ils lui ont faites. . Ochokochi (ოჭოკოჩი) est tellement amoureux d’elle, qu’il essaie toujours d’avoir des relations sexuelles avec elle, mais les chasseurs mortels qui visitent ses forêts contrecarrent souvent ses tentatives pour l’attraper. Elle est la mère du héros Amiran . À Samegrelo , elle est nommée « Tkashi-Mapa », la reine de la forêt.
  • Gatsi et Gaim (გაცი და გაიმი) – Dieux dans le panthéon ibérique officiel selon les annales médiévales.
  • Ghmerti (ღმერთი) – La divinité suprême et la tête du panthéon des dieux. Il est le Seigneur tout-puissant de l’Univers et son Créateur. Il vit dans le neuvième ciel, où il règne sur un trône d’or. Ses enfants incluent la lune (comme son fils), le soleil (comme sa fille) et les Ghvtis Shvilni qui protègent les gens contre le mal. Il est également appelé Morige Ghmerti (მორიგე ღმერთი, « Dieu le directeur ») et Dambadebeli (დამბადებელი, « Le Créateur »). Son nom est plus tard utilisé pour désigner Dieu le Père dans la croyance chrétienne.
  • Kamar (ყამარი) La fille du dieu du ciel. Elle est un symbole du feu divin. Sa belle apparence a amené Amiran à l’enlever du ciel.
  • Lamaria , également Lamara (ლამარია) – déesse de la fertilité, du bétail et du foyer
  • Mamber (მამბერი) – Le seigneur des loups, qui était adoré à Svaneti et dans d’autres régions montagneuses.
  • Michpa (მიჭპა) – Le dieu patron des bovins et autres animaux domestiques qui était adoré à Svaneti pendant l’hiver.
  • Mindort-batoni (მინდორთ ბატონი) – Le dieu des vallées, des champs et des fleurs sauvages. Les humains doivent demander sa permission avant d’explorer ou de tenter de cultiver les terres fertiles qui composent son domaine. Sa fille, Mindort-brdzanebeli, est la belle déesse des fleurs.
  • Mindort-brdzanebeli (მინდორთ ბრძანებელი) – La déesse des fleurs. Elle est la fille du dieu Mindort-batoni. Elle flotte sur les plantes, se nourrissant de leur pollen.
  • Ochopintre (ოჩოპინტრე) – Un esprit de la forêt et protecteur des animaux sauvages. La première partie de son nom (ocho, ოჭო) est liée à l’ancien dieu païen Bochi, la deuxième partie (pintre, პინტრე) au dieu Greek Pan. Né avec les pattes et les cornes d’une chèvre, il assiste la déesse Dali dans l’élevage des animaux. Les chasseurs faisaient généralement des sacrifices en son nom car personne ne pouvait chasser les animaux sans son aide. On pensait que le sort d’une personne entrant dans sa forêt était entièrement entre ses mains.
  • Samdzimari (სამძიმარი) – déesse née de démon de la fertilité et des oracles, séductrice des hommes.
  • Tamar (თამარი) – Déesse qui a asservi l’ étoile du matin et contrôlé les conditions météorologiques; a été appelé « oeil de la terre » et a monté un serpent .
  • Tetri Giorgi (თეთრი გიორგი, « White George »), forme de Saint George vénéré à Kakheti , diversement identifié comme un réflexe de l’ancien dieu lunaire, et comme un réflexe de l’ancien dieu tempête / météo ( Kopala ).
  • Tevdore (თევდორე) – Dieu de l’agriculture et des chevaux. Après la christianisation, il s’est associé à Saint-Théodore . À l’époque féodale, le festival spécial de Tedoroba était organisé pour l’honorer et assurer une récolte abondante.
  • Tskarishdida (წკარიშდიდა) – Une déesse semblable à une sirène des rivières, des lacs et des poissons, dans le folklore mingrélien. Elle utilise des pouvoirs magiques contre les humains.
  • Zaden (ზადენი) – Dieu de la fertilité dans le panthéon officiel établi par Pharnavaz I. Il était censé être aussi puissant qu’Armazi. Il a été ajouté au panthéon officiel par Parnajom au deuxième siècle avant JC, et a fait ériger une statue de lui dans une forteresse près du mont. Zedazeni, près de Mtskheta. Sa statue aurait été détruite avec les statues d’autres dieux par les prières de saint Nino. L’adoration de lui a diminué après la christianisation.

Demi-dieux, héros et personnalités

  • Amiran (ამირანი) – Héros mythique et titan, fils de Dali. Équivalent du Prométhée grec.
  • Iakhsar (იახსარი) – Un héros mythique qui a aidé Kopala dans ses aventures à tuer des démons et des monstres, et a été déifié et vénéré comme une divinité populaire.
  • Ghvtis Shvilni (ღვთის შვილნი, Enfants de Dieu ou Enfants de Gmerti) – Un groupe de demi-dieux qui protégeait les humains, assurait de bonnes récoltes et de bons rendements laitiers, luttait contre les sorcières devis et kudiani. Amiran, Giorgi, Iakhsar et Kopala étaient parmi eux, et ils se sont battus aux côtés d’Iakhsar et de Kopala pour chasser le devis de la terre et pour aider Giorgi à attaquer la forteresse imprenable des kajis pour piller leurs trésors, leur bétail et leurs femmes.
  • Kopala (კოპალა) – Un héros mythique, un puissant guerrier et un tueur de démons – également un dieu de la foudre. Lui et Iakhsar mènent une campagne pour conduire sous terre le devis qui persécute les humains dans le royaume du milieu. Ses armes comprennent une masse et un arc de ferfait pour lui par ledieu forgeron Pirkusha (პირქუშა) (avec qui comparer le forgeron divin ossète Kurdalægon et Circassian Tlepsh ). Lui seul a le pouvoir de vaincre les démons les plus têtus, censés s’emparer de l’âme d’une personne et provoquer la folie, et, par ce moyen, il guérit ceux qui souffrent de folie. Vénéré par les habitants des régions montagneuses de Khevsureti et Pshavi.
  • Kviria (კვირია) – Un héros et un fils des dieux qui ont servi de médiateur entre Ghmerti et l’humanité. Il est invoqué comme protecteur de la société humaine et instrument de justice divine. Dans certaines régions de Géorgie, il était également considéré comme une divinité de la fertilité et de la récolte, tandis que dans les montagnes de l’ouest de la Géorgie, il était adoré comme la divinité suprême. Le festival de Kviratskholovba (კვირაცხოვლობა) a été célébré pour l’honorer, ainsi que ( Marshall Lang présume) étaient les cultes et festivals érotiques et orgiaques, tels que le Berikoba and Murqvamoba , célébrés régulièrement jusqu’à ces derniers temps parmi les Pshavs , Khevsurs , Svans et autres tribus géorgiennes des montagnes. Les curieuses figurines ithyphalliques découvertes par GD Filimonov dans la colonie de Kazbek sur la route militaire géorgienne peuvent également (Marshall Lang suppose encore) se rapporter aux aspects érotiques du culte de Kviria. De telles figurines ont fait l’objet de nombreux débats parmi les archéologues et les anthropologues et des exemples continuent de se faire jour dans diverses parties de la Géorgie, aussi loin que le centre de la Kakhétie, en association avec des découvertes de poignards en bronze de «  type kakhétien  » spécifiques, datant entre les XIIIe et VIIIe siècles avant notre ère Certaines de ces figurines ithyphalliques avaient été conçues pour être suspendues à des cornes à boire .
  • Natsiliani (ნაწილიანი) – Les humains qui ont reçu des dieux des cadeaux magiques ou des signes divins ( géorgien : ნაწილი , translit .: Nats’ili ). Leurs signes sont généralement situés sur leurs omoplates et brillent d’une lumière magique, renforçant leurs porteurs. Ces signes doivent être cachés, car leurs détenteurs perdront leurs pouvoirs s’ils les révèlent. Certains signes ne peuvent être donnés que par leurs dieux respectifs.

Esprits, créatures et autres êtres

  • Ali (ალი) – Un type dedémon semblable à Lilith qui afflige les femmes enceintes, les personnes âgées et les nourrissons qui tombent par hasard dans des bois, des grottes et des ruines éloignés. Alis peut être mâle ou femelle (les femelles étant appelées alcali ); les alis mâles semblent généralement monstrueux, tandis que les alis femelles peuvent basculer entre une beauté tentante et une laideur semblable à une sorcière. Leur nom peut être lié au mot pour « flamme » (ალი). Cet être surnaturel se produit non seulement dans le folklore du Caucase, mais aussi dans les croyances populaires de l’ Iran , de l’Asie centrale et de la Mongolia et les conceptions de son apparence peuvent dériver de la mémoire populaire des hominins reliques.
  • Devi (დევი) – ogres à plusieurs têtes dont la tête peut se régénérer si l’un d’eux est coupé. Ces géants malveillants vivent dans le monde souterrain ou dans des montagnes reculées, où ils amassent des trésors et gardent leurs captifs. Dans la mythology géorgienne, ils vivent dans une famille, composée généralement de neuf frères. Bakbak-Devi (ბაყბაყ-დევი) était le plus fort et le plus puissant du devis. Pour les vaincre, les héros les surpassaient au moyen de divers tours et jeux. Leur nom (emprunt à la langue géorgienne kartvelienne (famille de langues)de l’ indo-européen ) est lié à celui des daevas de la mythologie zoroastrienne et Persian, dérivé à son tour dudieu proto-indo-européen deiu̯ó.
  • Dobilni (traduction: «celles qui sont devenues sœurs»; დობილნი) – esprits propagateurs de maladies, se présentant généralement sous la forme de femmes, d’enfants ou d’animaux. Des tours Dobilni ( géorgien : დობილთ კოშკი , translit .: Dobilt k’oshk’i ) ont été construites dans des sanctuaires khevsuriens pour les tenir à distance. Certains Dobilni sont bienveillants, comme la legend de la princesse Samdzimar (სამძიმარი) de Khevsureti , invoquée pour un accouchement facile, la naissance d’enfants en bonne santé et la santé des femmes en général. Des Dobilni bienveillants ont également été invoqués dans certains sanctuaires afin de bénir le bétail et également pour la protection des voyageurs.
  • Gveleshapi (გველეშაპი, dans des sources anciennes გველ-ვეშაპი – Serpent) – Serpent maléfique qui régnait et vivait dans les lacs, les rivières et les sources d’eau. Dans le folklore, ils étaient associés aux catastrophes liées à l’eau et les héros se battaient contre eux.
  • Kaji (ქაჯი) – Une race d’esprits qui sont souvent décrits comme des métallurgistes démoniaques exerçant de la magie. Ils vivaient à Kajeti (ქაჯეთი) et avaient des pouvoirs magiques qu’ils utilisaient contre les humains. Les kajis terrestres étaient malveillants, tandis que les kajis des rivières et des lacs étaient amis des humains. Les kajis féminins étaient magnifiques et ils ont soit séduit les héros, soit les ont aidés dans leurs quêtes. Ils apparaissent en bonne place dans Shota Rustaveli de Vepkhistkaosani (ვეფხისტყაოსანი), dans lequel le Kajis Abduct Princesse Nestan-Darejan et combattre les héros à la forteresse Kajeti, bien que Rustaveli euhemerises eux, les présentant, non pas comme une race d’êtres surnaturels, mais une tribu de sorciers humains (quoique sorciers d’une puissance impressionnante). Les Kajis figurent également dans The Snake-eater d’un autre célèbre poète géorgien, Vazha-Pshavela , dans lequel ils apparaissent comme les préparateurs d’un ragoût de viande de serpent qui confère une sagesse occulte au héros, Mindia. Leur nom est lié à la tempête armenian et aux esprits du vent, le kaj ( arménien : քաջ, k’aǰ; pluriel: քաջք k’aǰk ‘).
  • Kudiani (კუდიანი) – Un type de sorcière bossue hideuse, ayant de grandes dents et une queue, de celle-ci dont son nom est dérivé (kudi, კუდი, « queue »). Les Kudianis peuvent se déguiser en humains afin de les ensorceler. Le chef des kudianis, Rokap (როკაპი), les appelle souvent à une montagne spéciale où ils organisent un festival similaire à la Nuit européenne de Walpurgis .
  • Matsil (მაცილი) – De mauvais esprits des enfers qui tourmentent les voyageurs et les chasseurs. Les contes populaires font référence aux efforts de Kopala pour les vaincre.
  • Ocho-Kochi (ოჩოკოჩი) – Une forêt dufolklore mingrélien qui entre en conflit avec les chasseurs. Au lieu de poils sur sa poitrine, il a une protubérance sous la forme d’un os pointu ou d’une hache de pierre , qu’il utilise pour tuer les passants en les embrassant. Il chasse souvent Tkashi-Mapa, la belle reine de la forêt, par convoitise , mais ses avances grossières sont tout aussi souvent contrecarrées par des chasseurs mortels (avec les plus dignes dont elle préfère, à l’occasion, s’accoupler).
  • Paskunji (ფასკუნჯი) – Un être semblable à un phénix qui aide les héros et les humains. Il vit dans le monde souterrain et y combat les serpents. Les héros l’ont convoqué en brûlant une de ses plumes, et il pourrait les transporter à d’autres endroits et guérir les blessures et les maladies. Dans certains autres mythes, en revanche, les paskunjis sont décrits comme hostiles aux humains et pour les avoir persécutés.
  • Q’ursha (ყურშა) – Un chien de chasse légendaire associé à diverses figures mythologiques dont Dali et Amirani.
  • Rashi (რაში) – Un cheval ailé magique. Il existe trois types de rashis: les rashis terrestres sont bien disposés pour les héros et les humains et pourraient percevoir l’avenir; les rashis de mer sont plus hostiles, mais peuvent emmener les humains au fond de la mer, alors que leur lait était censé guérir de nombreuses maladies; et les rashis célestes ont des ailes et peuvent cracher du feu, et sont difficiles à maîtriser mais fidèles à leurs propriétaires. Kourkik Challaly, un cheval ailé magique, fougueux et similaire joue un grand rôle (comme le cheval sage et fidèle des générations successives de héros) dans le poème épique arménien de Sassoun . Comme les rashis de mer, Kourkik Challaly est d’abord rencontré sous l’eau – en l’occurrence au fond d’un lac enchanté.
  • Rokap (როკაპი) – Un mauvais esprit, chef des Kudiani (sorcières). Ghmerti l’a puni en l’enchaînant à une colonne sous la terre, où il dévore les cœurs humains amenés par les Kudiani. Chaque année, il essaie de se libérer, mais il échoue toujours.