Music Tokelau

La musique Tokelau utilisaient trois types d’instruments à percussion pour battre la mesure et pour leurs danses, et deux instruments à vent, un flageolet et la conque.

musique Tokelau

Le gong en bois tongien (lali), fabriqué à partir de la section évidée d’un tronc d’arbre, est utilisé dans les îles Tokelau. La plupart des gongs modernes ont été importés de Samoa, où les arbres puapua à partir desquels les gongs sont fabriqués, grossissent. Le gong mesure environ 4,5 pieds de long, 1,5 pieds de large et 2 pieds de profondeur. 

La surface supérieure est fendue dans le sens de la longueur dans les extrémités de la bûche et l’intérieur est creusé, suivant la courbure de la circonférence de la bûche. Aux extrémités, la surface supérieure est creusée de 3 ou 4 pouces de profondeur, laissant une lèvre entre ce creux et l’ouverture intérieure.

Les gongs étaient frappés avec deux ou trois bâtons tenus par deux batteurs qui battaient à des rythmes différents. De petits gongs en bois ont été joués avec un rythme rapide pour garder le temps dans les anciennes danses. L’ancien nom du gong en bois était kaulalo, mais il est désigné aujourd’hui par le terme tongien et samoan, lalo.

Le tambour Tokelau (pasu) a été fabriqué à partir d’une section d’un tronc d’arbre kanava, dont une extrémité a été brûlée et découpée à une profondeur mesurée du bout des doigts au coude. Au-dessus de l’extrémité ouverte, une peau de requin était tendue et attachée sous le rebord. Le groupe Wilkes en a trouvé un sur le malae. 

La présence du tambour à Tokelau est inhabituelle car il s’agit d’un instrument de la Polynésie orientale, remarquablement absent de la Polynésie occidentale. Le nom Tokelau pasu, pahu, se trouve également à Hawaï et dans d’autres îles de l’est de la Polynésie.

De longues et fines planches (papa), utilisées pour étirer et gratter l’écorce à transformer en fibre, étaient également employées comme caisses d’harmonie frappées avec deux bâtons pour taper le rythme des danses. Des boîtes recouvertes de passe-partout ou des bidons de kérosène ont supplanté les planches en raison de leurs tonalités plus résonnantes.

Musique Tokelau : les instruments à vent

Les flageolets (fangufangu) étaient autrefois fabriqués à partir des tiges moelleuses de jeunes plants de kanava, mais sont maintenant fabriqués à partir du papayer récemment introduit, dont les jeunes branches sont creuses et faciles à couper. Les flageolets modernes, généralement joués par des jeunes filles, varient dans le nombre d’encoches taillées sur la face supérieure de 1 à 6.

Les sifflets sont fabriqués par les enfants à partir de bandes de pandanus ou de feuilles de cocotier enroulées dans une trompette en forme de spirale ou de cône.

Les grosses conques (fao) (Charonia tritonis) sont ramassées par les plongeurs dans le lagon d’Atafu. Un embout buccal est formé en cassant la pointe de la coquille et un trou est creusé dans l’un des verticilles à quelques centimètres sous la pointe cassée. Les capitaines de pêche utilisent des conques pour rassembler la flotte. Ils étaient autrefois utilisés dans le village pour rassembler les gens mais ont été supplantés par le gong en bois et le sou sifflet.

Musique Tokelau : les chants

Dans les temps anciens, les chansons jouaient un rôle important dans les activités communautaires à Tokelau. Des chants d’adoration ou de propitiation étaient chantés avant toute grande entreprise et en rapport avec les fêtes, les funérailles et autres rites. Hale dit que les indigènes d’Atafu chantaient constamment pour leurs visiteurs blancs, probablement pour les apaiser. 

Les nombreuses références dans la littérature et la legend aux chansons indiquent qu’il y avait autrefois une grande variété dans le chant. On se souvient de quelques chansons anciennes à Atafu, mais la plupart d’entre elles ont été oubliées lorsque la danse a été interdite par les missionnaires.

Le chant moderne à Tokelau a été fortement influencé par la musique étrangère. Les enseignants samoans ont introduit des chants samoans modernes et des hymnes chrétiens, que les indigènes aiment chanter le soir. Des marins des îles Ellice et d’autres parties de la Polynésie ont enseigné des chants de leurs îles. De nombreux mots écrits par des lyristes locaux sont basés sur des rapports d’événements et de lieux du monde extérieur; Le port d’Auckland et le nouveau sans fil font l’objet de chansons populaires actuelles.

Les chansons anciennes suivantes, traduites par Mika, ont été chantées en accompagnement des danses de pagaie exécutées à Atafu. De nombreuses lignes font référence à des événements oubliés et plusieurs mots ne sont plus dans le dialecte. H et f ont été prononcés dans les mots et sont reproduits ici sans les transcrire à la forme f et s du dialecte utilisé dans d’autres parties du texte. Je n’ai pu me procurer aucune traduction pour plusieurs chansons.

Musique Tokelau : chants avec les pagaies Ta Hoe

I
Huo nanaia
Ko te lepu mo kavea
Ko te hoe tua hamania
E télé ki nei
E hapinia eoea (eo ea) iã.

Tremper et onduler (la pagaie)
L’agitation (de l’eau) … ?
La pagaie à dos régulier
Voile jusqu’ici
Frappez le poisson qui s’enfuit de peur.

II
Hiahia ai vao
Kou te tu ma kou te noho
Ko holoholo mulia.
Au fakaheka fakatia
Au fakaheka fakatia.

?(Qui) se réjouit dans la brousse
je me lèverai et je m’assiérai
Je recule (ou glisse) en arrière.
?
?

III
Utupeepee, utupeepee,
Tangaloa talae fetokai.
E angina ki Fali ma Fana
Kanapa uila fati tili
E numia kai fakatau may
Ko molia—Taku hoe nei
Apoapo taku hoe i lalo
Na tahea ite ngalutau
Ke mau mai ke mau mai.

Faites tourner la pagaie, faites tourner la pagaie,
Touchez et frappez (la pagaie de) Tangaloa.
La force du vent à Fali et Fana
La venue de la foudre et du tonnerre
Le tourbillon de l’eau… ?
Ma pagaie ici dessous
Je plonge ma pagaie dessous (le canoë)
(Il a été emporté par) le flux du ressac de la vague.
Tenez (le) près du corps.

IV
Ko hao ke mau
Aukau
Kuamaua kuapokia
Uhiu i te hoena
Ki okutua
Uhiu i te hoena
Ki okuluma
Uhiu i te hoena
Hakapato tia ia

V
Te fili tupua
Te fili momono
Na koe ia
Na koe ia
E ngaulua
E na koe ia
E na koe ia
E na ulua
E na koe ia
Te fili tupua.

Musique Tokelau : chants avec les pagaies Ta Paki

I
Te kanave tau kailove,
Te kanave tau kailove,
Te fia vaka vakai e.

Remuez la poignée de la pagaie,
Remuez la poignée de la pagaie,
Souhaitant chercher le canoë.

II
Holiholia vaka heua
E uhu Tonga,
E voliao.
Manu afe
Ie ie e lua.

Pas dans le temps, faire tourner le canoë (?)
Pour commencer un voyage aux Tonga,
Danser.
Mille oiseaux
Indiquez les choses (indiquez le chemin).

III
Ta paki ko tu mai.
Ko te paki na holitia
Mai.
Kapuna kapunake lea
Ko te paki katele ki Uea.

La pagaie de danse se tient à proximité.
La pagaie de danse debout près de
Est piétiné.
Remontant à la surface
La pagaie de danse navigue vers Uvea.

Musique Tokelau : chants sans pagaies

Chanson d’Attraper la tortue

Honu a levaleva,
E hala honu a levaleva.
Tulituli atu tamafanau.
Kai amutia ko Tinilau
Oi avalau ma lualau.
Kae Tinilau e voliao.

La tortue des profondeurs marines,
La tortue des grands fonds est chassée.
Chassez les jeunes enfants.
Qui félicite Tinilau
Hélas! Il n’y a rien.
Tinilau continue de danser.

Chanson des amants

Hakauta atu te hautiale,
Hakaakeake ke ahiaki,
Lihaki atu te fautiale,
Hakaake afiake,
O tuku atu, O tuku kai,
O ponopono ke hoki ai.

Donnez et placez la couronne de tiale sur (sa) tête, (à l’homme)
Portez-le le soir et promenez-vous, (à la fille)
Laissez la (votre) couronne de fleurs de tiale donner son parfum, (à la fille)
Mettez-le et portez-le le soir, (à l’homme)
Oh, donnez et prenez (échangez vos couronnes) (aux deux)
Renvoyez à nouveau (toute personne qui entre).

Chanson de danse ancienne

E tau te vaka i Luaniua,
E taha te vaka,
E taha te vaka i Laloata.
Hateu e teu mamao.
E neni aue tao.

La pirogue jette l’ancre à Luaniua,
Le canot passe tout près,
Le canoë passe à proximité de Laloata.
Préparez-vous à partir (?) loin.
Le canoë bouge brusquement et s’en va.

Autre

Ka po te talinga pola
Kaha tu mai tu maia
Kaha tu mai tu mailoa
Te ika taulia o ka taulia te akau
Ka taulia te mate, e – e.
Langa mai la te aoao
Po le taua.