Panteón Akan Ashanti

los Mitología Akan regroupe un ensemble de peuples (Bron, Adjoukrou Ashanti, Baoulé, Agni, Appolo, Attié, Abbey, Abidji, Adioukrou, Alladian, Abouré, Ebrié, Avikam, Tchokossi, Akuapem, Denkyira, Fanti, Wassa, etc.) installés principalement dans le sud du Ghana. Voici le Panthéon Akan Ashanti.

Panteón Akan Ashanti

Le nom donné à la fois à la femme primordiale, ou première, et à une puissante déesse de la terre, également appelée Asaase Yaa. Aberewa figure dans un mythe qui explique pourquoi le dieu du ciel, Nyame, s’est retiré de la Terre et est retourné dans les cieux. Alors qu’Aberewa préparait la nourriture pour ses enfants, elle pilait des noix de palme dans un mortier avec son pilon.

Chaque fois qu’elle martelait le mortier, elle cognait Nyame avec son pilon. Agacé, Nyame s’éloigna de la Terre. Dans une version légèrement différente de ce mythe, chaque fois que le pilon heurtait Nyame, il rebondissait un peu plus haut. Arrivé au ciel, il décida d’y rester.

Abosom, le nom du panthéon

Abosom est le nom du panthéon des dieux et des déesses des Ashanti et d’autres membres du groupe linguistique Akan. Le chef du panthéon est le Dieu Suprême, Nyame. Nyame était le père des abosom, les dieux et déesses du panthéon. Il a envoyé ses quatre fils sur Terre, où ils se sont identifiés à des étendues d’eau.

Sous l’abosom se trouvent des divinités mineures appelées asuman ; et sous l’asuman se trouvent des esprits qui animent les arbres, les animaux et les charmes. Plus bas encore se trouvent les nsamanfo, les esprits des ancêtres. Les abosom tiraient leur pouvoir de Nyame et on disait qu’ils venaient de lui et faisaient partie de lui. Ils servaient d’intermédiaires et de messagers entre Nyame et d’autres êtres.

Panthéon Akan Ashanti : Adu Ogyinae

Adu Ogyinae Dans la mythologie africaine (Ashanti du Ghana), le premier homme. Les Ashanti racontent plusieurs mythes concernant l’origine de l’homme. L’un déclare que lundi soir, le premier homme, Adu Ogyinae, est venu à la surface de la terre à travers des trous percés dans le sol par un ver. 

Adu Ogyinae était le chef d’un petit groupe de sept hommes et quelques femmes, ainsi qu’un léopard et un chien. De tout le groupe, seul Adu Ogyinae n’a pas été effrayé par les nouvelles choses qu’il a vues à la surface de la terre. Mardi, il a réussi à calmer les autres, mais ils n’ont commencé à construire des maisons que mercredi.

Adu a été tué lorsqu’un arbre est tombé sur lui. Ensuite, le chien a été envoyé à la recherche du feu. La viande était cuite avec la flamme qu’il rapportait et lui était donnée pour tester si elle était sans danger. Lorsque le chien n’a montré aucun signe de maladie, tous les autres ont commencé à manger. Le dieu de la création tomba alors sur l’un des membres du groupe et en fit son assistant. Chaque année, les Ashanti organisent des cérémonies dans les bois pour commémorer les premiers êtres humains.

Panthéon Akan Ashanti : Amokye

La femme qui a accueilli les âmes des femmes mortes à Asamando, le Pays des Morts. (Voir aussi monde souterrain .) Traditionnellement, les femmes Ashanti étaient habillées pour l’enterrement en amoasie (pagnes) et perles, qu’elles donnaient à Amokye en paiement pour les avoir admises à Asamando.

Panthéon Akan Ashanti : Anansi

L’araignée, escroc et héros de la culture. Anansi est l’un des personnages les plus populaires de la mythologie ouest-africaine. Il est souvent appelé Kwaku (père) Anansi. En tant que personnage filou, Anansi était réputé pour son intelligence et son ingéniosité. Dans certaines histoires, Anansi a servi d’intermédiaire au dieu du ciel Nyame, son père. (Dans d’autres contes, Nyame était l’ami d’Anansi plutôt que son père.)

En tant que héros de la culture, Anansi était considéré comme le créateur du Soleil, de la Lune et des étoiles et donc responsable du jour et de la nuit. Il a également apporté la pluie et a enseigné aux humains comment semer du grain. anansasem Une histoire raconte comment Anansi en est venu à posséder tous les contes qui sont racontés. 

Au début, tous les contes appartenaient à Nyame. Anansi voulait posséder les histoires lui-même, alors il a proposé de les acheter. Nyame a dit à Anansi qu’il était prêt à vendre les histoires, mais le prix était élevé. Il voulait trois choses : Mmoboro, les frelons ; Onini, le grand python ; et Osebo, le léopard.

Anansi était convaincu qu’il était assez intelligent pour accomplir ces tâches. Il a d’abord coupé une gourde et y a fait un petit trou. Il a ensuite versé de l’eau sur lui-même et sur l’arbre où vivaient les frelons. Anansi a alors dit aux frelons qu’ils étaient stupides de rester sous la pluie, et il a offert la gourde comme abri. Lorsque les frelons ont volé dans la gourde, Anansi a bouché le trou et a emmené les frelons à Nyame. 

Ensuite, Anansi a coupé une tige de bambou et est allé rendre visite à Onini, le python. Il a dit à Onini que lui et sa femme s’étaient disputés pour savoir si Onini était plus court ou plus long que le poteau.

Onini a suggéré à Anansi de le mesurer contre le poteau, et il s’est allongé le long de celui-ci. Anansi a convaincu Onini de le laisser attacher le python au poteau pour le garder droit. Il a ensuite porté le python lié à Nyame. Pour capturer Osebo, le léopard, Anansi a d’abord creusé une fosse et l’a recouverte de branches et de feuilles. Quand Osebo est tombé dans la fosse, Anansi a proposé de le sauver. Il plia un grand arbre vers le sol et l’attacha en place. Ensuite, il a attaché une corde au sommet de l’arbre et a laissé tomber l’autre extrémité de la corde dans le trou.

Il a dit à Osebo d’attacher sa queue à la corde. Quand Anansi a relâché la corde qui retenait l’arbre, l’arbre a bondi vers le haut, laissant Osebo suspendu dans les airs. Anansi n’a eu aucun mal à capturer le léopard impuissant. Quand Anansi a présenté Osebo à Nyame, le dieu du ciel a convenu que le prix avait été payé. À partir de ce jour, toutes les histoires appartenaient à Anansi. Une autre histoire d’Anansi explique pourquoi certaines personnes sont plus sages que d’autres. Au début, Anansi était réputé pour sa sagesse, car il possédait toute la sagesse du monde. Personne n’a rien fait sans demander d’abord l’avis d’Anansi.

Cependant, tout le monde ne semblait pas reconnaissant pour les sages conseils d’Anansi. Pour punir les gens pour leur manque de gratitude, Anansi a décidé d’arrêter de donner des conseils et de reprendre possession de toute la sagesse qu’il avait donnée. Il est allé de maison en maison, rassemblant tous les morceaux de sagesse. Il stocka la sagesse dans un grand pot (ou une gourde), qu’il prévoyait de cacher au sommet d’un grand arbre. Anansi a attaché une corde autour du pot et l’a accroché sur sa poitrine. Lorsqu’il a essayé de grimper à l’arbre, cependant, le pot qui pendait l’a empêché d’avoir une bonne prise.

Après qu’Anansi ait fait plusieurs tentatives infructueuses pour grimper à l’arbre, son fils, Ntikuma, a crié qu’il aurait peut-être plus de facilité s’il accrochait le pot sur son dos. Anansi a répondu avec colère qu’il n’avait pas dû rassembler toute la sagesse du monde, puisque Ntikuma semblait encore en posséder. Avec le pot sur le dos, Anansi atteint rapidement le sommet de l’arbre, mais sa colère le rend maladroit. Alors qu’il essayait d’attacher le pot à l’arbre, il lui glissa des mains.

Le pot est tombé au sol et s’est écrasé sur un rocher, libérant tous les morceaux de sagesse. Les gens sont venus de partout pour s’approprier autant de sagesse qu’ils le pouvaient. Les premiers arrivés ont pu recueillir beaucoup de sagesse, mais les retardataires n’ont trouvé que très peu à recueillir. (Dans une version légèrement différente du conte, Anansi a ignoré les conseils de son fils et est tombé au sol, dispersant sa collection de sagesse.) Voir anansasem pour une histoire expliquant pourquoi Anansi est le plus vieil animal.

Panthéon Akan Ashanti : Anansasem

Des histoires d’araignées, nommées d’après le héros filou Ashanti Anansi ; une classe de contes folkloriques racontés par les personnes de langue Akan du Ghana. Ce sont des histoires racontées pour le divertissement et qui se distinguent des mythes. L’exemple qui suit est un conte dans lequel Anansi a prouvé aux autres animaux qu’il était plus âgé que toute autre créature.

Les animaux s’étaient disputés pour savoir lequel d’entre eux était le plus âgé. Ils sont allés à Anansi et lui ont demandé d’être le juge. Tour à tour, chaque animal racontait pourquoi il était le plus âgé. La pintade a dit qu’à sa naissance, il y avait un grand feu d’herbe. Puisqu’il n’y avait personne d’autre au monde que lui, il avait éteint le feu. Le feu lui avait brûlé les jambes, et elles étaient encore rouges.

Le perroquet a affirmé qu’à sa naissance, il n’y avait ni outils ni armes. Il avait fabriqué le premier outil en fer avec son bec, c’est pourquoi le bec des perroquets est courbé. L’éléphant a affirmé que lorsqu’il a été créé, le Dieu suprême lui avait donné un si grand nez qu’il restait très peu de matériel. C’est pourquoi d’autres animaux ont le nez court.

Le lapin a dit que le jour et la nuit n’existaient pas quand il est né. Le porc-épic a dit que lorsqu’il est venu au monde, il était encore mou. Lorsque tous les animaux eurent fini, Anansi annonça qu’il était en fait la créature la plus âgée. Quand il est né, la Terre elle-même n’existait pas. Lorsque le père d’Anansi est mort, il n’y avait pas de terrain pour l’enterrer, alors Anansi avait enterré son père dans sa tête. Les animaux devaient convenir qu’Anansi était en effet le plus âgé de tous.

Panthéon Akan Ashanti : Asamando

Le pays des morts (voir aussi monde souterrain). Une femme nommée Amokye a accueilli les âmes des femmes mortes à la rivière que les âmes traversaient pour atteindre Asamando. En paiement, elle recevait d’eux leurs amoasie (pagnes) et leurs perles. Les femmes Ashanti préparées pour l’enterrement étaient vêtues d’amoasie et de perles afin qu’elles puissent les donner à Amokye lors de la traversée de la rivière.

Dans un conte Ashanti bien connu, un jeune homme a fait un voyage à Asamando à la recherche des esprits de ses épouses décédées (voir Kwasi Benefo). Panthéon Ashanti Voir abosom.

Panthéon Akan Ashanti : Asase Yaa

En Occident, Asase Yaa est surtout connue comme la mère d’Anansi, célèbre esprit filou Ashanti. Cependant, elle est l’esprit de la Terre, la Grande Mère du Ghana, et un esprit extrêmement important à part entière. Bien qu’elle soit très puissante, aucun sanctuaire ou temple ne lui est dédié. Au lieu de cela, elle est vénérée dans les champs.

Asase Yaa a accompagné des dévots réduits en esclavage dans l’hémisphère occidental. Elle est vénérée en Guyane et par les Marrons de la Jamaïque.

Asase Yaa doit être apaisé, généralement avec des libations, avant que la Terre ne soit dérangée pour quelque raison que ce soit, qu’il s’agisse de planter, de creuser une tombe ou autre. Il est traditionnel de soulever un cercueil de haut en bas trois fois avant de le déposer sur Terre afin de donner à Asase Yaa un préavis et du temps pour se préparer.

Panthéon Akan Ashanti : Nyame

Le Dieu suprême omniscient et tout-puissant, créateur de l’univers et chef du panthéon Ashanti des dieux et des déesses (connu sous le nom d’abosom). Comme beaucoup de dieux africains, Nyame était éloigné des humains et indifférent à leurs activités quotidiennes. Dans certaines traditions, Nyame était considéré comme un homme, dans d’autres comme une femme et dans d’autres encore comme androgyne, à la fois homme et femme.

Nyame était une partie d’une divinité trinitaire, ou triade, qui se composait de Nyame, Nyankopon et Odomankoma. Nyame représentait l’univers naturel ; Nyankopon représentait son kra, ou pouvoir vivifiant ; et Odomankoma représentait la force créatrice qui a créé le monde visible. 

Toutes les personnes de langue akan ne font pas ces distinctions entre les trois noms de la divinité. Ceux qui font la distinction entre Nyame et Nyankopon identifient Nyame comme l’élément féminin, symbolisé par la Lune, et Nyankopon comme l’élément masculin, symbolisé par le Soleil.

Dans certaines traditions, après que Nyame a créé la Terre et l’a peuplée d’humains, il a vécu sur Terre parmi les gens. Dans un conte, cette situation a pris fin lorsqu’une femme a cogné Nyame avec son pilon alors qu’elle pilait le grain dans son mortier. En colère, le dieu s’en alla vers le ciel. 

Dans une version différente du mythe, Nyame regardait un groupe de femmes piler du grain. Les femmes lui ont demandé de partir. Lorsqu’il ne bougea pas, ils se précipitèrent sur lui et le frappèrent avec leurs pilons jusqu’à ce qu’il quitte la Terre pour le ciel.

Selon un mythe, au début, les gens ne pouvaient pas se reproduire. Nyame a envoyé un python sur Terre pour apprendre aux gens à s’accoupler. Après cela, des enfants sont nés.

Dans un conte sur l’origine de la mort, Nyame a envoyé son serviteur – une chèvre – pour donner aux humains le message que même si la mort leur viendrait, ils ne resteraient pas morts. Ils viendraient vivre avec Nyame dans les cieux. En chemin, la chèvre s’est arrêtée pour manger de l’herbe. Agacé par ce retard, Nyame envoya un mouton avec le même message. Malheureusement, le mouton s’est trompé de message; il disait aux gens que la mort serait la fin. 

Lorsque la chèvre est finalement arrivée, les gens lui ont dit qu’ils avaient accepté le message de la brebis. C’est ainsi que la mort est venue au monde. Dans un mythe différent, les gens étaient fatigués de mourir, alors ils ont envoyé un mouton pour apporter un message à Nyame lui demandant de les laisser continuer à vivre. Pour s’assurer que le message parvienne à Nyame, ils ont également envoyé un chien. Plus rapide que le mouton, qui s’était arrêté pour manger de l’herbe, le chien arriva le premier à Nyame.

Cependant, il a donné le mauvais message. Il a dit à Nyame que les gens souhaitaient rester morts plutôt que de rejoindre Nyame dans les cieux. Nyame a accepté cela, et lorsque le mouton est arrivé avec le bon message, Nyame n’a pas pu revenir sur sa décision.

La chèvre de Nyame était également responsable de contrecarrer les plans de Nyame à l’égard de ses fils, Bia et tano. Nyame prévoyait de donner à Bia, son préféré, les parties les plus fertiles et les plus belles du pays d’Ashanti (actuel Ghana). Tano recevrait les terres côtières arides (aujourd’hui la Côte d’Ivoire). Nyame a envoyé la chèvre pour dire à ses fils de venir le lendemain pour leur héritage. 

La chèvre a préféré Tano à Bia, elle a donc ordonné à Tano de se déguiser en Bia et de se rendre à Nyame très tôt le matin. Trompé, Nyame a donné à Tano la terre destinée à Bia. Lorsque Bia est arrivé, Nyame a réalisé ce qui s’était passé, mais il était trop tard pour corriger l’erreur.

Dans certains mythes, Nyame apparaît comme le père du héros filou Anansi l’araignée.

Panthéon Akan Ashanti : Nyankopon

Nyame représentait l’univers naturel ; Nyankopon, son kra, ou pouvoir vivifiant ; et Odomankoma, la force créatrice qui a créé le monde visible. Toutes les personnes de langue akan ne font pas ces distinctions entre les trois noms de la divinité. Ceux qui font la distinction entre Nyame et Nyankopon identifient Nyame comme l’élément féminin, symbolisé par la Lune, et Nyankopon comme l’élément masculin, symbolisé par le Soleil.

Panthéon Akan Ashanti : Obayifo

Une sorte de vampire vivant trouvé parmi le peuple Ashanti sur la Gold Coast en Afrique de l’Ouest. On dit que l’obayifo est un homme ou une femme, capable de quitter son corps la nuit pour se déplacer et causer des dommages de toutes sortes. Le principal plaisir du vampire est de boire le sang des enfants, provoquant leur mort lente et douloureuse. Il s’attaque également aux cultures, en aspire la sève et les sucs vitaux, provoquant ainsi de terribles fléaux, en particulier dans les cultures de cacao.

N’importe qui peut être un obayifo, bien que certains indices sur son identité soient disponibles – une obsession de la nourriture, de la viande en particulier, et des yeux qui changent constamment. En vol de nuit, le vampire est phosphorescent. Le nom est dérivé du mot Ashanti bayi, qui signifie « sorcellerie ». L’obayifo est similaire au loogaroo des Antilles.

Panthéon Akan Ashanti : Odomankoma

Odomankoma est un aspect du triple dieu Nyame. (Le troisième aspect était Nyankopon.) Nyame représentait l’univers naturel ; Nyankopon, son kra, ou pouvoir vivifiant ; et Odomankoma, la force créatrice qui a créé le monde visible. Cependant, toutes les personnes de langue akan ne font pas ces distinctions entre les trois noms de la divinité.

Odomankoma était vénéré comme dieu de la Terre et de ses caractéristiques physiques. Certains Akan ont dit qu’Odomankoma avait créé la Terre en la sculptant dans une substance inerte dépourvue de kra.

Dans d’autres traditions, Odomankoma aurait d’abord créé l’océan; il a ensuite créé la Terre et le ciel en appuyant sur la Terre et en élevant le ciel. Après cela, il a créé toutes les choses du monde, les animaux et les humains.

Dans certaines traditions, Odomankoma a créé la mort et la mort l’a tué.

Après la mort d’Odomankoma, il a soit vécu sous une forme différente, soit a été ressuscité, selon le récit traditionnel.