Danzas de Tokelau

On se souvient de très peu de danses Tokelau. Leur représentation a été interdite par les premiers missionnaires, et ils ont été vite oubliés. Les danses modernes consistent principalement en des gestes interprétant les paroles de la chanson d’accompagnement et conservent peu de la forme ancienne.

danses Tokelau

Les danses Tokelau

Ils ont généralement lieu le soir dans la maison de réunion et sont accompagnés d’un batteur battant sur une boîte ou un rouleau de nattes et d’un groupe de chanteurs derrière la ligne de danse. Un groupe de 8 ou 12 danseurs, hommes ou femmes, s’assoient sur le sol en rangées de 4. Peu de temps après le début de la chanson, ils se lèvent et font leurs mouvements à l’unisson, se joignant à la chanson. 

Les danses sont alternées entre deux groupes aux extrémités de la maison. Selon Burrows, ce style de danse est similaire à celui des îles Ellice et à un type de danse aux Samoa. Le siva samoan moderne est souvent joué à Tokelau.

Au cours de la visite sur le terrain à Atafu, une exposition de danses anciennes a été donnée, accompagnée du chant des interprètes. Les danseurs se tenaient côte à côte sur une seule ligne tout au long de la danse. Ils se déplaçaient de 1 ou 2, parfois de 3 pas ; mais les principaux mouvements se faisaient avec leurs bras ou leurs pagaies de canoë (foe), utilisées dans certaines danses à la place des anciennes pagaies de danse (paki). L’exposition était dirigée par une femme qui avait appris les chants et les mouvements de son père.

Une deuxième forme de danses Tokelau était exécutée par un groupe de femmes pour célébrer un match de cricket victorieux. Les danseurs se formaient en file indienne, se tenant serrés les uns contre les autres, et défilaient autour du terrain de cricket à pas courts et légers, s’arrêtant régulièrement pour se balancer à l’unisson ou pour faire un mouvement de bras ou un geste avec les feuilles tenues dans leurs mains. Ils gardaient l’heure en frappant leurs mains ouvertes avec ces feuilles. 

Tous les mouvements étaient dirigés par la première femme de la file. Plusieurs fois, elle a fait des figures en spirale dans lesquelles elle s’est placée au centre des danseurs en circulation, puis a déroulé la figure en tournant et en dansant entre les lignes convergentes. Burrows et Lister ont été témoins de performances similaires de cette danse ancienne à Fakaofu. 

Lister a vu des hommes danser, accompagnés de femmes qui battaient la mesure et chantaient. Burrows a vu des femmes danser, maintenir le rythme en battant un morceau de bois avec la main ouverte, mais sans chanter. Wilkes décrit une danse de déclenchement similaire exécutée à Nonuti dans les îles Gilbert.