Medicina Tokelau

La médecine Tokelau croyait que la maladie était causée par des dieux malveillants ou par l’infraction de tapus. Selon Turner, il y avait un dieu spécifique responsable de la maladie. Ce n’est qu’en offrant des nattes à son prêtre que les malades pouvaient guérir.

médecine Tokelau

Le prêtre a ensuite prié le dieu et a massé la partie affectée de la personne malade avec de l’huile de noix de coco. Cette guérison devait évidemment être accomplie par le pouvoir spirituel transmis par le dieu, car Turner dit :

Il n’a utilisé aucune huile particulière. Lorsqu’il s’assit, il appela quelqu’un de la famille pour lui remettre de l’huile et, trempant sa main dans la coupe, la passa doucement sur la pièce deux ou trois fois.

Lorsqu’une épidémie, kuanga mayo aitu (maladie des dieux), se propageait rapidement ou que les teignes affligaient plus que le nombre habituel de personnes, ils croyaient que les dieux des autres îles avaient envoyé la maladie sur eux. Par un décret du chef et des prêtres, le village s’unit pour chasser la maladie de leur île. Tout d’abord, chaque habitant du village récolta quelques plumes et un morceau de coque de noix de coco qu’il brûla pour en faire un modèle grossier de pirogue. 

Puis ils se sont rassemblés à l’extrémité du village de la plage et ont commencé une promenade vers la mer. Avec des bâtons et des lances, ils se précipitaient à travers le village, lançant leurs armes sur tout ce qu’ils rencontraient, perçant de vieux bols ou des noix de coco, renversant des rochers et des rondins autour des maisons et battant n’importe quel objet jusqu’à ce qu’ils arrivent au bord de l’eau. 

Ici, ils ont installé les plumes comme des voiles dans leurs modèles réduits de canoës et les ont lancés à la mer, transportant soi-disant à bord les esprits qui avaient infligé l’épidémie. Par cette pantomime et cette magie, la maladie qui leur avait été envoyée fut transmise à une autre île.

Dans chaque communauté, il y avait des guérisseurs (matai fau) et des assistants (fofo) qui n’étaient ni prêtres ni prophètes des dieux. Ils traitaient les malades selon des méthodes prescrites basées sur des théories sur ce qui se passait dans le corps lorsque des symptômes particuliers se manifestaient. Cette tradition a été transmise de parent à enfant et est encore pratiquée aujourd’hui par les descendants des anciens médecins indigènes.

Toutes les personnes ont une connaissance générale des remèdes ménagers et pratiquent librement le massage à l’huile de coco pour éliminer les courbatures et les douleurs corporelles. Mais les médecins sont invoqués dans tout problème grave en raison de leur plus grande connaissance.

La trousse de la médecine Tokelau du médecin-chef comprenait : un ensemble de lancettes (nifomanga), des dents de requin attachées à des bâtons lumineux pour ouvrir les ulcères et couper la chair ; une bouteille d’huile de noix de coco (niulolo); et quelques feuilles, racines et morceaux d’écorce. Ces médicaments étaient généralement achetés dans la brousse et préparés selon les besoins.

Médecine Tokelau : les massages

Le massage à l’huile de coco est le traitement général de toutes les douleurs et courbatures, c’est la base de la médecine Tokelau. Après un travail intense ou lorsqu’une personne est extrêmement fatiguée, il est d’usage que deux jeunes filles ou garçons de la maison massent (lomilomi) et frappent (tukituki) tout le corps. En cas de maladie, quelle qu’en soit la cause, la partie douloureuse est frottée. 

Outre le soulagement que procure habituellement le massage, on pense que la douleur et la fièvre peuvent être effacées. La douleur se déplace dans d’autres parties du corps, de l’estomac aux artères et aux veines, et peut être repoussée par le massage.

Le massage pour un mal de tête fébrile est destiné à évacuer la fièvre de la tête, à travers le cou, et à la ramener dans son siège dans le bas-ventre. Le médecin commence par frotter le cou dans un mouvement descendant avec le bout de ses doigts sur la veine jugulaire. Il travaille ensuite sur le front, en commençant avec ses doigts profondément dans l’orbite et contre l’arête du nez et en caressant vers le haut et vers l’extérieur les sourcils et les tempes.

Les caresses se poursuivent vers le haut et vers l’extérieur, se déplaçant progressivement plus haut du centre du front jusqu’à ce que la ligne des cheveux soit atteinte. Ensuite, le massage se déplace vers le « centre de la tête », un point mesuré du bout du nez au point sur le dessus du crâne en étirant le pouce et le bout du deuxième doigt. Avec les pouces appuyés sur ce point, le masseur frotte du bout des doigts les côtés de la tête et remonte la suture occipito-pariétale et redescend sur l’occiput dans le cou, en frottant bien cette partie. 

À l’étape suivante, il frotte les muscles du dos le long de la colonne vertébrale jusqu’à ce qu’il atteigne le bas du dos. Ici, il frotte sur le sacrum « remettant la fièvre à sa place ». Il finit par cautériser les deux muscles qui vont de la nuque à l’épaule.

La douleur au bras et à l’épaule est censée être centrée sur l’omoplate (ivi sa). On pense que la pression appliquée avec les pouces au centre de cet os et à quelques centimètres sur le bras de l’épaule soulage la douleur. Ceci est suivi d’une cautérisation le long d’une artère dans la région axillaire, à travers laquelle la douleur est censée passer dans le bras. Pour l’inflammation et le gonflement de la région axillaire, fréquents au début de la filariose, un anneau de cinq taches est cautérisé, entouré de brûlures plus légères. 

Si la douleur est localisée dans la partie supérieure du bras, le coude est cautérisé deux fois à l’intérieur et une fois à l’extérieur. Pour une douleur à l’avant-bras, le poignet est cautérisé trois fois en ligne sur le dos et de nouveau sur l’intérieur.

La douleur dans la poitrine est éliminée par massage et cautérisation. Le frottement commence au niveau des épaules et se déplace le long de la clavicule jusqu’au sternum, puis le long des intervalles entre chaque côte, en massant loin du sternum pour transporter la douleur dans le dos. Enfin, une pression est appliquée par les mains sur le diaphragme.

Le mal d’oreille est traité en massant le long du bord antérieur de l’apophyse mastoïdienne, le long de la mandibule inférieure loin de l’oreille, puis sur le bord de l’oreille jusqu’à l’oreillette, qui est tirée plusieurs fois pour extraire la douleur qui y a été forcée. .

Pour la raideur du cou, le masseur pétrit et frotte les muscles du cou vers le bas, en continuant la pression le long du bord intérieur de l’omoplate. À la fin de chaque coup, il maintient ses doigts vers le bas et tire la peau tendue, empêchant la cause de la douleur de réentrer dans le cou. Quand il a terminé le massage, il cautérise la partie raide du cou en trois endroits. Un mal de gorge est soulagé par des massages et en buvant du jus de noix de coco chauffé au four.

L’hydrocèle dans le scrotum, causée par la filaire, n’est pas rare chez les hommes. Pour soulager l’élargissement, le scrotum est massé jusqu’à ce qu’il se brise. Le massage est également utilisé pour agrandir le scrotum, dans certains cas même en le tirant jusqu’aux genoux. On pense que c’est un soulagement et pour le guérir d’un gonflement supplémentaire.

Dans la médecine Tokelau, le nouveau-né est massé quotidiennement par une femme de la maison et par la mère dès qu’elle en est capable. Le but principal est de créer un corps bien formé avec des membres droits. Une attention particulière est accordée à la tête et au nez pour assurer une formation naturelle, bien que l’arête du nez soit souvent pincée pour la rendre haute. 

Aucune tentative n’est faite pour modifier la forme naturelle de l’occiput ou pour aplatir les ailes du nez, comme cela se pratique chez les Tongans. L’enfant est soigneusement allongé d’un côté puis de l’autre pour éviter d’aplatir un côté de la tête plus que l’autre. Les fesses sont façonnées pour leur donner toute leur rondeur et les organes génitaux massés pour les rendre bien formés et pour éviter le gonflement de ces parties plus tard dans la vie. 

Il s’agit d’une tentative d’éviter les symptômes avancés de l’infection filarienne. Il est également fait pour les enfants plus âgés qui continuent de mouiller leurs tapis après un âge où l’habitude doit être surmontée. L’anus est doucement enfoncé pendant les premiers mois de la vie pour empêcher une chute de cette partie dans la vieillesse.

Un os cassé est fixé par un massage soigneux. Il est enveloppé dans un rembourrage doux

Médecine Tokelau : la cautérisation

La teigne (pita) (Tinea imbricata), connue dans toutes les îles du sud sous le nom de «teigne de Tokelau», a été introduite à Tokelau par un Gilbertais infecté nommé Peter qui est venu à Fakaofu sur un baleinier. Le nom indigène de la maladie, pita, est tiré de son nom. Il sévit dans les îles et couvre tout le corps de nombreux indigènes. Une deuxième forme de teigne (lafa) noircit la peau. 

Le tane, commun également aux Samoa et aux Tonga, laisse de légères taches pigmentées sur les parties du corps touchées. Ces trois formes de maladies de la peau sont traitées de la même manière. La teigne est d’abord frottée avec de l’huile de noix de coco, puis brûlée avec une mèche faite en mâchant un morceau de racine de pandanus pour détacher les fibres et en la tordant en une petite corde après qu’elle ait séché.

Les plaies qui se manifestent par le pian sont parfois cautérisées par des mèches, mais elles sont généralement ébouillantées. Une tasse de noix de coco avec une petite perforation à la base est remplie d’eau bouillante et placée sur la plaie. L’eau chaude qui tombe sur la plaie réduit l’inflammation.

Pour les troubles pulmonaires dans lesquels le patient respire rapidement et difficilement, le haut de l’abdomen est cautérisé. Neuf brûlures en trois rangées verticales sont faites sous les côtes ; le premier entre la base au plastron et le nombril, et une rangée de chaque côté. Chaque point est cautérisé deux fois. Le médecin palpe avec le plat de sa main, et si l’affliction semble être profonde dans la poitrine, jugée par le battement dans le dos du patient, la cautérisation est appliquée le long de la colonne vertébrale. 

La première brûlure est faite juste en dessous du cou sur la vertèbre cervicale, la seconde à la largeur de quatre doigts en dessous, la troisième à la même distance en dessous de la seconde. Le cautère est appliqué en deux points de part et d’autre de la jonction du sacrum et de la vertèbre lombaire la plus basse ; une brûlure est faite à l’arrière de chaque genou et cheville. On pense qu’une artère (ua) va de la tête au pied et si la ligne de celle-ci est suivie de taches cautérisées, le flux de la maladie peut être arrêté.

Médecine Tokelau : les traitements

Dans la médecine Tokelau, les plaies sont lavées à l’eau et recouvertes d’une boule de feuilles de maile préalablement mastiquées et mélangées à de la salive. Si la plaie saigne abondamment, elle est recouverte de feuilles de taususu comme compresse styptique et est ensuite bandée avec des bandes étroites de kie pandanus tressé.

Dans la médecine Tokelau, les abcès sont traités avec des compresses chaudes de feuilles de nonu coupées en petits morceaux et enveloppées dans la stipule fibreuse (kaka) d’une feuille de cocotier. La compresse est trempée dans de l’huile de noix de coco chauffée et pressée doucement autour de l’éruption pour expulser le pus. 

Un peu de la compresse est laissée sur la tête de l’abcès pendant que le massage et le pressage se poursuivent. Lorsque la plaie est en bon état, elle est ouverte avec une lancette à dents de requin, tapotée par l’opérateur avec un bâton lumineux.

Dans la médecine Tokelau, les maux de tête sont guéris en massant la tête et en appliquant une pommade composée de huit bourgeons de maile et d’une jeune racine de fala pandanus, de l’épaisseur d’un doigt d’homme et d’un demi-bras de longueur, pilée dans une tasse en noix de coco (ipu).

Le mal d’oreille est soulagé en versant dans l’oreille puis en extrayant un extrait fabriqué à partir de l’écorce du tausunu.

La croissance sur la conjonctive de l’œil, généralement le résultat de l’irritation d’un œil infecté par la conjonctivite, est grattée avec des tiges de feuilles de lau puka. Pour la conjonctivite et d’autres inflammations de l’œil, un extrait est obtenu en pressant la pulpe grattée d’une nervure médiane de feuille de cocotier. 

La surface externe d’une jeune feuille est retirée et la pulpe fibreuse est grattée dans un réceptacle. Le jus ou la sève est exprimé à travers la stipule en forme de tissu de la feuille de cocotier.