L’origine des peuples des Awá Kwaiker

Le mythe de l’origine des peuples des Awa Kwaiker qui suit est tiré de la page Web Xexus Ventana Cultural, et est recueilli par Jaime Miguel Silva. etnoeducador Awá. L’origine des peuples des Awa Kwaiker est l’histoire suivante.

origine des peuples des Awa Kwaiker

Le mythe de l’origine des peuples des Awa Kwaiker

Les aînés disent que dans l’Antiquité il n’y avait pas de peuple, seulement des arbres couverts de barbacha, il y avait un grand arbre qui avait assez de barbacha noire, cela se développait avec l’eau jusqu’à ce qu’elle pousse et arrive à terre, devenant progressivement Inkal Awá

Les arbres de l’époque communiquaient entre eux, aujourd’hui ils communiquent aussi pour ne pas être coupés à la machette ou à la hache, car ce sont des gens et saignent comme le Tangare, le Sangrario, le Chino, Mancha-Ropa, le caoutchouc, le sang de Dagro entre autres.
En réalité, l’homme Awá vient de la selva et lui appartient, et il y revient.

Les arbres de la montagne veulent être transformés en grands arbres et éventuellement devenir des arbres géants et porter des fruits, pour servir l’homme Awá.

Le premier homme avait un long nez et c’était un grand homme. Dieu ne voulait donc pas que cet homme soit seul et fit apparaître la femme d’une barbacha plus blanche, ashampa watsal.

Et puis Dieu a demandé à la femme si elle voulait vivre avec lui et elle a répondu oui tout comme l’homme a répondu oui. Ils vivaient donc tous les deux ensemble.

En même temps, ils avaient un fils qui les accompagnait et, en grandissant, ses parents lui ont enseigné tout le travail qu’ils faisaient.
Puis, par une nuit sombre, une fille est née. Les deux enfants ont procréé la terre et l’ont peuplée.

Le monde de Dieu
Le monde des morts
Le monde Awá
Le monde d’en bas

Les anciens Awa racontent comment les arbres et les oiseaux sortaient et parlaient entre eux de leurs espèces. Les arbres et les oiseaux parlaient aussi aux personnes.

Quand une femme était enceinte et que la naissance du nouvel être approchait, les arbres s’inquiétaient et parlaient entre eux de l’enfant qui allait naître.

Les oiseaux sortaient également pour parler entre eux du nouvel Awa que la femme était sur le point de mettre au monde.

Les arbres voulaient que le nouvel être naisse pour être une fille parce qu’elle ne les tuerait pas, parce que la femme ne coupe généralement pas les arbres et ne détruit pas la selva

Les oiseaux, d’autre part, voulaient que la femme donne naissance à un homme parce qu’il les nourrissait, car les hommes ont tendance à abattre des arbres et à semer, et de cette façon il y avait des endroits pour aller manger.

Ainsi, quand un garçon naissait, les oiseaux étaient heureux pendant que les arbres pleuraient, tandis que quand une fille naissait, les arbres étaient heureux et les oiseaux tristes.

C’était le mythe de l’origine des peuples des Awa Kwaiker.