L’origine des êtres Tsáchila

La tribu Tsáchila de l’Équateur vit dans la province de Santo Domingo de los Tsáchilas. Les hommes de la tribu sont connus pour raser les côtés de la tête et peigner le reste des cheveux avec un mélange de graisse qui est teint en rouge vif avec des graines d’achiote. Ils parlent la langue Tsafiki ou Tsáchila de la famille linguistique Barbacoa. Le mythe de l’origine des êtres Tsachila a été collecté sur le site de Mama-Puma. 

origine des êtres Tsachila

Le mythe de l’origine des êtres Tsachila

La femme qui inondait la terre pêcha avec du barbasco les tsáchilas, qui étaient comme aujourd’hui. Avant de les pêcher, elle passait son temps à compter les cheveux de tout le monde. On ne sait pas combien elle a dû en compter, mais elle les a tous comptés. Quand elle a fini de compter, elle a jeté ses cheveux dans l’eau et quand elle l’a fait, l’eau a poussé. C’est ainsi qu’elle tua les tsáchilas. Ils sont morts noyés et elle a ramassé ceux qui ont péri. 

La femme était si grande que l’eau atteignait ses genoux. Les eaux n’étaient pas profondes. Elle s’est levée et a ramassé ceux qui se sont noyés. Les eaux ont tout emporté : pécaris, cochons, cochons, indomptables, cerfs, chiens, humains…. La vieille femme qui inondait ne ramassait pas les maigres, elle ne ramassait que les gros et pour vérifier s’ils avaient assez de graisse, elle trempait un instrument pointu dans leur chair : pour voir s’ils étaient comme elle voulait. 

Sur ces trajectoires, la femme a vu un petit garçon flotter sur les eaux. Il était vivant, il ne s’était pas noyé parce qu’il s’accrochait à une bûche. La femme l’a emmené avec elle pour lui servir de cuisinier. Elle ne savait pas cuisiner parce que…. Elle vivait si occupée ! 

Elle l’a ramené à la maison et le garçon grillait tout ce que la vieille femme ramassait : des gens, des chiens, tout. Pendant que le garçon rôtissait, la femme et sa fille comptaient les cheveux. Il y avait deux femmes : la vieille femme et sa fille. Les deux vivaient en comptant les cheveux et le garçon rôtissait la graisse, les eaux de crue ont commencé à descendre et le garçon a continué à rôtir. 

Les eaux n’avaient pas pu tout détruire. Quelques goyaviers sont restés debout et dans l’un d’entre eux, un singe cusumbo était vivant. Le cusumbo était très gros, alors la vieille femme l’a pris instantanément. Elle l’a mis à côté des autres pour le rôtir, et pour qu’il ne fonde pas complètement, elle l’a placé à une extrémité du gril.

La vieille femme aimait la graisse ! Le garçon, pour sa part, se préoccupait de bien faire rôtir la viande. Il l’a piqué des deux côtés pour qu’il cuise uniformément. Entre-temps, la vieille femme et sa fille ont continué à compter les cheveux. À la surprise du petit cuisinier, il s’est avéré que le cusumbo n’était pas un cusumbo mais la foudre, alors la foudre a parlé et lui a dit : 

– Couvre-moi un peu de la flamme, ne la laisse pas me brûler et fuis immédiatement. 

Tout près, il y avait des buissons de camacho. La foudre a dit au garçon de courir vers ces buissons parce qu’il allait détruire la vieille femme et sa fille. Les femmes ont entendu les chuchotements et ont presque réussi à surprendre la foudre et le garçon en conversation, alors elles ont demandé au garçon :

– A qui parles-tu ? 
-Moi ? répondit le garçon, je ne parlais à personne. Je me disais à voix haute qu’il fait très chaud. 

Quand les femmes ont entendu cette réponse, elles se sont calmées et se sont assises où elles étaient. Les femmes se sont distraites et l’enfant a couru vers les buissons de camacho. Dès qu’il y est arrivé, une tempête d’éclairs et de tonnerre a commencé. La foudre et le tonnerre ont attaqué la vieille femme qui a inondé la terre des tsáchilas et sa fille. La fille sauta à l’eau, car il y avait un lagon qui s’était formé avec les cheveux qu’elles jetaient. La fille a été sauvée mais la vieille femme est morte au même endroit. 

Le garçon est rentré chez lui et est reparti. Avant de partir, il a dit aux gens. 
-Quand vous serez devenu de l’argile, je serai toujours ce que je suis maintenant. 

Cela dit, il a disparu. Maintenant, quand le soleil brille et qu’il fait très chaud, il y a un sifflement. On dit que cet enfant est celui qui siffle. C’est ce que racontent les grands-parents.