The creation of the Guambianos

the myth de la création des Guambianos qui suit est tiré de la première partie d’une histoire publiée sur le site de l’anthropologue colombien Luis Guillermo Vasco. La création des Guambianos est la suivante :

Le mythe de la création des Guambianos

Le mythe de la création des Guambianos


D’abord, c’était la terre… et ensuite viennent les lagunes, les grandes lagunes. La plus grande d’entre elles était celle de Nupisu, Piendamó, au milieu de la savane, de la lande, comme une matrice, comme un cœur ; c’est Nupirrapu, qui est un trou très profond.

L’eau, c’est la vie. D’abord la terre et l’eau. L’eau n’est ni bonne ni mauvaise. C’est de là que viennent les bonnes et les mauvaises choses. Là, dans les hauteurs, c’était de l’eau. Il pleuvait intensément, avec des pluies diluviennes, des averses, des bourrasques, des tempêtes. Les rivières sont devenues grandes, avec d’immenses glissements de terrain qui ont entraîné les montagnes et apporté des pierres comme des maisons ; il y a eu de grandes crues et des inondations.

C’était de la mauvaise eau. A cette époque, ces profondes guaicadas (creux entre deux montagnes) et ces rochers n’étaient pas comme ça, comme on les voit aujourd’hui, tout cela était de la montagne pure, ces rivières les faisaient quand elles coulaient jusqu’à former la mer. L’eau, c’est la vie. Elle naît dans les eaux d’amont et descend dans les rivières jusqu’à la mer. Et elle revient, mais pas par les fleuves eux-mêmes, mais par l’air, par les nuages.

En grimpant par les guaicadas et les crêtes des montagnes, elle atteint le páramo, les savanes, et la pluie tombe à nouveau, l’eau tombe, celle qui est bonne et mauvaise. Là-bas elle arrive, comme la terre et l’eau, elle est lui-elle (Le Pishimisak est l’unité parfaite, la paire parfaite ; il contient dans son être les deux principes, le masculin et le féminin, qui ensemble donnent la multiplication ; mais, en même temps, il est formé de deux caractères : le Pishimisak à proprement dit et le Kallim).

C’est le Pishimisak, masculin et féminin à la fois, qui a toujours existé, tout blanc, tout bon, tout frais. De l’eau naquit le kosrompoto, l’arc-en-ciel qui illuminait tout avec sa lumière ; là il brillait, le Pishimisak le voyait illuminer.

Ils ont porté beaucoup de fruits, ils ont donné beaucoup de vie. L’eau était dans le désert. Au fond les plantes séchaient, les fleurs tombaient, les animaux mouraient. Quand l’eau est descendue, tout a poussé et s’est épanoui, toute l’herbe a poussé et il y avait de la nourriture ici. C’était de la bonne eau.

Avant, dans les savanes du páramo, le Pishimisak prenait tous les repas, toute la nourriture. Tout lui appartenait. Il était déjà là quand les glissements de terrain ont eu lieu qui traînaient des pierres gigantesques qui ont formé les guaicadas. Mais il y a eu d’autres glissements de terrain. Parfois, l’eau ne naissait pas dans les lagunes pour courir vers la mer, mais filtrait dans la terre, la remuait, la détachait et les glissements de terrain arrivaient.

Ceux-ci se sont effondrés de plusieurs siècles à l’avance, laissant de grandes blessures dans les montagnes. D’eux sont sortis les humains qui étaient la racine des indigènes. Ils ont appelé l’effondrement pirran uno, c’est-à-dire, faire naître l’eau.

Les humains qui y sont nés , ils les nommèrent les Pishau. Les Pishau sont venus des glissements de terrain, ils sont venus des inondations des rivières. Sous l’eau, ils sont venus ramper et frapper les grosses pierres, au-dessus d’eux, la boue, la terre, puis l’eau sale ; à la surface, la palissade, les branches, les feuilles, les arbres déracinés et, surtout, les enfants, les chumbados, sont arrivés.

Les précédents sont nés de l’eau, viennent dans les shau, vestiges de la végétation qui traînent et croissent. Ce sont des natifs d’ici depuis des siècles et des siècles. Là où l’effondrement s’est produit, dans la grande blessure de la terre, il restait l’odeur du sang ; c’est le sang arrosé par la nature, tout comme une femme arrose de sang en donnant naissance à un enfant.

Les Pishau n’étaient pas d’autres peuples, c’étaient les mêmes Guambianos, des géants très sages qui mangeaient du sel d’ici, de nos propres salés, et qui n’étaient pas baptisés. Ils ont occupé tout notre territoire, ils ont construit tous nos Nupirau avant l’arrivée des Espagnols. Notre terre était grande et très riche.

Il y avait des mines de minéraux très précieux, comme l’or qui se trouvait à Chisquío, à San José et à Corrales, des bois fins, des poissons, des animaux des collines et beaucoup d’autres ressources que nous savions utiliser dans notre travail pour bien vivre.

C’était le mythe de la création des Gambianos.