Sacrifice humain à la mort d’un chef

Lorsqu’ils s’installèrent en Nouvelle-Zélande, les Māori apportèrent des différentes îles dont ils étaient originaires, un certain nombre de récits qu’ils adaptèrent à leur nouvel environnement et développèrent. Voici une partie de leur culture : le sacrifice humain à la mort d’un chef.

sacrifice humain à la mort d'un chef

Le sacrifice humain à la mort d’un chef

Nous avons ici ce qui était peut-être la cause la plus fréquente de sacrifice humain chez les Maoris, bien que cette forme ne soit pas considérée comme une cérémonie solennelle, comme le sacrifice d’une personne pour une nouvelle maison, un fort ou un canoë. Que l’objet soit de fournir des compagnons et des préposés au mort dans le monde des esprits, ou simplement d’ajouter de l’éclat aux fonctions funéraires, d’honorer le défunt, ce meurtre n’était apparemment pas considéré comme une performance religieuse solennelle.

Le sacrifice mortuaire était une pratique reconnue chez les Maoris, mais en relation avec des personnes importantes uniquement. La victime était tuée en tant que koangaumu, un terme pour lequel nous manquons de définition satisfaisante, et était appelée ika koangaumu. Mes notes Tuhoe déclarent qu’un tel sacrifice n’était qu’un agrandissement du chef défunt et que, dans certains cas, la victime était un membre de la même tribu, bien que d’un clan différent. Le corps dans ce cas n’a pas été mangé et, apparemment, aucun rite n’a été pratiqué dessus.

Dans sa vie et son époque de Patuone C.O. Davis écrit : « C’était la coutume des Maoris, à l’occasion de la mort d’un grand chef, de tuer un esclave, de faire cuire le corps dans un four à tapu et de le placer sur une scène près de la tombe sculptée du défunt ; mais quand un homme inférieur mourait, seuls le kumara et le taro (produits alimentaires végétaux) étaient cuits. » Ici, il faut faire comprendre au lecteur que peu de fonctions indigènes ont été universellement exécutées de la même manière ; différences obtenues dans les différents districts.

Cruise nous dit que « Lorsqu’un membre de la famille du chef meurt, un certain nombre d’esclaves, proportionné au rang de la personne, sont sacrifiés pour apaiser l’esprit du défunt. Nous n’avons cependant aucune preuve fiable que ce fut l’objet du sacrifice. Cruise n’a séjourné en Nouvelle-Zélande que dix mois et n’aurait pas pu acquérir la connaissance de la langue maternelle. Curieusement, ces personnes prétendent souvent nous dire l’origine et la signification des coutumes maories, et de telles déclarations ont été en grande partie des conjectures. 

Cet auteur nous donne un bref récit d’un événement à Sydney, lorsqu’un jeune chef maori y mourut. À Sydney se trouvaient en même temps plusieurs autres Maoris, dont certains roturiers. Les amis du jeune chef souhaitaient tuer ce dernier « pour apaiser son esprit défunt », et le révérend Marsden eut quelque difficulté à suspendre la procédure.

Thomson, dans son histoire de la Nouvelle-Zélande, déclare que « à la mort des chefs, des esclaves ont été tués pour leur rendre un service subalterne dans l’autre monde ». Brown, dans La Nouvelle-Zélande et ses aborigènes, écrit : « C’était une pratique très courante à une époque de sacrifier un certain nombre d’esclaves à la mort d’un chef, afin qu’il puisse être dûment pourvu d’une suite respectable de serviteurs dans le monde d’après. » Dans le New Zealand Journal de 1845 parut ce qui suit : « En octobre 1843, à la mort de Kupanga, épouse d’un chef indigène de l’île de Waiheke, près d’Auckland, une esclave fut fusillée pour accompagner sa maîtresse jusqu’à l’autre monde. » 

Dans un récit d’un combat indigène à Taranaki, au cours duquel treize chefs ont été tués, Polack a écrit: « Lors de l’enterrement de chaque chef, dix esclaves ont été assassinés pour servir le wairua ou l’esprit du guerrier dans l’autre monde. » Il décrit également le gisant en état d’un chef mort : « Autour du corps gisaient ses armes de défense, qui devaient être enterrées avec lui. A côté gisait le corps d’une jeune fille intéressante, épouse du chef, qui s’était pendue le jour précédent…. Certains esclaves, hommes et femmes, avaient été mis à mort pour assister leurs supérieurs au Reinga (monde des esprits); ils ont été immédiatement après enterrés. 

Encore, dit-il : « Un chef nommé Parenui est mort alors que nous voyagions sur la côte ouest de l’île du nord, sur laquelle trois de ses femmes se sont sacrifiées. 

Pour aider cette famille dans leur route éternelle plusieurs esclaves ont été assassinés pour aider leur maître dans son existence future. Les femmes étaient couchées en grand état à côté du mari ; les esclaves étaient immédiatement enterrés, car de tels sacrifices ne peuvent pas être dévorés. CO. Davis nous dit que « l’auto-immolation des épouses d’un chef décédé était manifestement une expression volontaire de leur extrême affection pour les morts ». Cet auto-meurtre des veuves, n’étant qu’un suicide, ne peut être inclus dans le sacrifice humain. 

Je ne suis pas non plus enclin à croire qu’une affection intense ait été la cause d’un tel suicide de la part des veuves ; c’était simplement une coutume; c’était considéré comme la chose appropriée à faire pour une veuve. La simulation d’un deuil intense était une pratique très appréciée parmi nos Maoris ; dans certains cas, il peut presque être décrit comme une récréation.

A Fidji, ce massacre de personnes à la mort d’un chef était une institution chérie, et les missionnaires avaient bien plus de peine à y mettre un terme qu’en Nouvelle-Zélande. À propos de la pratique aux Fidji, Williams a écrit: « Cette coutume peut avoir une origine religieuse, mais à l’heure actuelle, les victimes ne sont pas sacrifiées comme offrandes aux dieux, mais simplement pour se concilier et honorer les noms des défunts. » Ces remarques s’appliqueraient également à la pratique néo-zélandaise. 

A Fidji, les amis d’un homme souffraient grièvement ; sa ou ses épouses, parfois aussi sa mère, ou un ami, ont été étranglées et leurs corps déposés au fond de la tombe pour servir d ‘«herbe» sur laquelle placer son corps. Cette expression ressemble à celle employée par les Maoris, qui parlent des esclaves sacrifiés ou d’autres personnes comme d’un whariki, ou tapis, pour la tombe du chef – quelque chose sur lequel il peut se reposer. Les premiers auteurs sur Fidji, cependant, nous montrent que les indigènes de ce groupe surpassaient de loin les Maoris dans cette coutume sauvage. 

Ainsi, Williams nous dit que lorsqu’un certain chef a été perdu en mer, dix-sept de ses femmes ont été détruites. Encore une fois, lorsque des indigènes ont été tués à Viwa en 1839, quatre-vingts femmes ont été étranglées pour accompagner les esprits de leurs maris dans l’au-delà. M. J. Matthews, écrivant de Kaitaia en 1837, nous parle d' »un vieil homme méchant » qui « a tué, tué sans motif, une petite fille, afin que son esprit puisse être présent sur l’esprit de sa nièce, qui était sur le point de mourir. »