Rituals Tokelau

Les rituels Tokelau étaient très léger et presque entièrement confiné à une cérémonie annuelle à la divinité suprême. La communication avait lieu avec les esprits ancestraux. Les esprits de la nature abondaient dans les bois et la mer.

rituels Tokelau

En may de chaque année, le grand prêtre de Fakaofu réservait quatre semaines au culte de Tui Tokelau et nommait des émissaires pour annoncer l’heure aux autres îles. L’heure était déterminée par le lever de la pleine lune en June, qui déterminait également l’heure du culte de Tangaloa aux Samoa. Après l’annonce, tous les biens ont été réparés et rangés. Les maisons ont été recouvertes de chaume et balayées, les canots réparés et de nouveaux vêtements ont été tressés. 

Des bandes de jeunes ramassaient les débris des malae du village et les jetaient à la mer. Lorsque les ménages et les terres furent en ordre, le conseil du village déclara que les deux semaines suivantes devaient être consacrées à la collecte de nourriture. Pendant sept jours, tous les hommes et femmes actifs ont cueilli des noix de coco et des fruits de fala pandanus dans leurs plantations. Les sept jours suivants sont consacrés à la pêche et toutes les pirogues du village partent en mer. 

Les hommes à la maison pêchaient avec leurs filets et les femmes ratissaient les récifs à la recherche de calmars et de coquillages. Dans les cuisines, les jeunes gens et les vieilles femmes préparaient de simples puddings à la noix de coco et au fala pandanus, et faisaient griller et sécher le poisson au soleil.

De nombreux nouveaux tapis, des pendentifs en nacre, les moitiés inutilisées des coquilles transformées en jarrets de bonite, des jupes en pandanus malo et en feuille de cocotier et des tresses en sennit ont été fabriqués et collectés pour être envoyés à Fakaofu en offrandes. De la nourriture était rassemblée pour l’équipage du canot portant les offrandes et comme cadeaux au grand prêtre.

Le voyage de la pirogue portant ces offrandes était une mission sacrée et un lourd tapu était placé sur le capitaine. On croyait que tout désordre parmi son équipage ferait dévier le canot de sa route. De nombreuses autres pirogues accompagnaient ce navire pour se joindre à la fête. Cependant, le désastre leur arriverait immédiatement s’ils entraient dans le passage de Fakaofu avant la pirogue sacrée. 

Vaovela, un fils de Tonuia d’Atafu, brisa ce tapu ; en franchissant un récif, une vague le renversa et la coque du canot écrasa le pied de son fils contre le corail. Lorsque les navires approchaient de Fakaofu, les tapis à présenter étaient accrochés au mât et exposés.

Burrows pense que ces offrandes représentaient un hommage à la suzeraineté de Fakaofu, mais elles étaient si sacrées qu’il est peu probable qu’elles aient été prises par le peuple Fakaofu comme cadeaux.

Un tapu a été placé sur toute activité à la fin des sept jours de pêche et la cérémonie d’adoration à Tui Tokelau a commencé. Les cérémonies religieuses se déroulaient les premiers jours et étaient suivies d’une longue période de danses et de festins. Personne ne pouvait quitter le village ; lorsqu’ils n’étaient pas sur le malae, les gens devaient rester chez eux. Des prières et des danses ont été faites jusque tard dans la nuit à la lumière de grandes torches brûlées en l’honneur de Tui Tokelau.

La cérémonie a commencé en enlevant les vêtements pourris et les cadeaux de l’année précédente de la dalle de corail de Tui Tokelau et en les remplaçant par de nouvelles offrandes. On a dit que les anciennes offrandes avaient été brûlées, mais Turner rapporte qu’elles ont été mises de côté et laissées à se décomposer, étant trop sacrées pour que quiconque les touche. Lister décrit la cérémonie comme suit :

Quand ils [les voyageurs] ont débarqué, les nattes ont été enroulées autour de la pierre [de Tui Tokelau] pour rester jusqu’à ce qu’elles pourrissent, et les coquilles de perles ont été placées le long des avant-toits de la maison sacrée pour les dieux, à portée de main. La pierre était ointe d’huile de noix de coco parfumée aux fleurs; puis le roi était porté devant la pierre, assis sur sa chaise, avec l’emblème de la royauté en feuille de cocotier autour du cou, et une ligne noire de charbon de bois tracée sur son front, le peuple suivant en procession avec des cris de Tu-tu et réjouissance générale.

Alors le grand chef, en tant que prêtre de Tui Tokelau, a commencé sa prière pour le beau temps et une abondante provision de fruits et de poissons. Cela a été suivi d’une danse à laquelle les femmes d’abord, puis les hommes ont participé.

Rituels Tokelau : prière à Tui Tokelau

Tulou, tulou, tulou, tulou..u..u
Fanake la ki à langi.
Il tai6 ua,
Il tai malino,
Il tai malama,
Fanaifo7 ki à ulufenua,
Il tai taume,
Il tai singano,
Fanaifo ki à uluulu.
Il tai manini,
Il tai,
Fanaiko ki à moana.
Il tai fonu,
Il tai atu,
Fanaifo ki à namo.
Il tai fasua,
Il tai tifa,
Il tai paikea,
Il tai.

Tulou (mot d’excuse souvent utilisé aujourd’hui comme « excuse » ou « pardon »).
Montez là vers les cieux.
Qu’il y ait beaucoup de pluie,
Qu’il y ait beaucoup de calme,
Qu’il y ait beaucoup de lumière,
Faites descendre dans les plantations.
Beaucoup de (gaines de) fleurs de coco,
Beaucoup de jeunes fruits hala pandanus,
Envoyez vers le récif.
Beaucoup de manini (petits poissons),
Qu’il y en ait beaucoup,
Envoyez en haute mer.
Beaucoup de tortue,
Beaucoup de bonite,
Envoyez vers le lagon.
Beaucoup de coquillages Tridacna,
Beaucoup de coquille de nacre,
Beaucoup de vers,
Qu’il y en ait beaucoup.

Smith donne une prière similaire à Rarotongan demandant une nourriture abondante et « adressée à ces mauvais esprits ». Il ajoute:

Après que l’incantation a été récitée, la nourriture est partagée par les chefs et les prêtres, après quoi la nourriture est distribuée à tout le peuple et une fête est organisée.

La description suivante de la cérémonie à Atafu est tirée des notes du Dr Andrew Thomson, ancien directeur de l’observatoire d’Apia, Samoa, qui était à Tokelau en 1928.

La cérémonie a eu lieu en juin le soir de la pleine lune. Au début de l’après-midi, les gens déposaient leurs offrandes à 40 ou 50 pieds devant la maison du dieu. Il s’agissait de grandes nattes mesurant 12 pieds sur 6 pieds, destinées à servir de vêtements (malo) pour la colonne de pierre de Tui Tokelau.

La cérémonie a commencé en début de soirée avant le lever de la lune. Le prêtre, nommé à Atafu de Fakaofu, commença par une longue prière au cours de laquelle il regarda le ciel et demanda que le soleil continue à briller et que la pluie soit abondante, puis il regarda la mer et demanda que les poissons soient nombreux pendant la année, et finalement il a regardé la terre et a demandé que les noix de coco poussent en grande quantité. 

Pendant tout ce temps, les gens regardaient le ciel. Les hommes se tenaient à moins de 15 ou 20 pieds de la maison du dieu pendant la cérémonie, mais les femmes et les enfants sont restés à plusieurs centaines de pieds.

Après la prière, le prêtre apporta les offrandes de nattes dans la chambre intérieure de la maison du dieu et les divisa en deux parties, l’une pour la cérémonie immédiate et l’autre pour la cérémonie à Fakaofu. Il ramena à l’extérieur les nattes à enrouler sur la dalle Atafu de Tui Tokelau et enleva les nattes pourries dont la dalle avait été revêtue l’année précédente.

Il les déposa dans l’enceinte de pierre à côté de la maison du dieu. Dix hommes choisis ont aidé le prêtre à enrouler les nouvelles nattes 8. Cela a conclu le rituel après quoi il y avait une fête qui se poursuivait jusqu’au milieu de la nuit.

Rituels Tokelau : la terre des morts

On pensait que les esprits des morts (nganga) se rendaient à Tualiku, où régnait le dieu Te Sesema. Tualiku n’a pas été localisé, mais la signification du nom, « le fond de la mer », suggère qu’il se trouvait sur le bord de l’horizon. C’était un véritable paradis de l’imaginaire polynésien, où les bienheureux dansaient et mangeaient toute la journée et toute la nuit et portaient des fleurs à leurs oreilles, et des ornements en nacre (lei) autour du cou, interdits à tous les hommes ordinaires dans la vie. 

À Tualiku, il y avait aussi un purgatoire où les âmes des hommes damnés pour n’avoir jamais été circoncis de leur vivant (ngatino seki faeloa) traversaient l’éternité avec de grands disques de pierre comme des meules sur le dos.

Les indigènes croyaient que leurs esprits pouvaient choisir leur résidence pour l’au-delà. Alors que la mort approchait, un homme a dit à ses amis qu’il allait sur la lune ou dans une partie des cieux où il pourrait être vu par ses amis. Une âme peut également choisir de rester sur terre dans la tombe, selon Turner, qui ajoute :

Ils croyaient, de plus, qu’il y avait certains mauvais esprits toujours à l’affût des êtres humains, et que, s’il en était attrapé, leurs âmes étaient traînées à travers l’univers pour toujours, comme les esclaves de ces démons, et ne trouvaient jamais de repos. place. C’est pourquoi c’était un dicton courant à Tokelau: «Prenez soin de l’âme. Il vit pour toujours. Peu importe le corps, il pourrit dans la tombe !